content top
Coach, consultant ou mentor ? Lequel choisir ?

Coach, consultant ou mentor ? Lequel choisir ?

Dans une discussion lancée sur Linkedin, Alain Aubut, PDG de la Fondation de l’entrepreneurship, faisait part qu’après plusieurs années dans le monde des affaires en tant qu’entrepreneur, dirigeant et gestionnaire au sein d’entreprises de différentes tailles, il était surpris de constater, encore aujourd’hui, comment la perception entre le coach, consultant et mentor était confuse. Je suis d’accord avec lui. J’ai aussi des gens dans mon entourage qui ne font pas la différence entre ces trois types de professionnels.

Je trouve utile de vous faire un bref rappel sur le sujet. Pour mieux vous aider dans votre choix, j’ai imaginé quelques situations différentes. À vous de voir maintenant celle qui vous convient . Peut-être aurez-vous besoin à la fois d’un coach, d’un mentor et d’un consultant .

À noter que les actions d’un coach et d’un consultant peuvent se ressembler. Il est parfois difficile de les départager!

Choisir un coach

Vous êtes un entrepreneur qui a besoin d’être guidé dans la prise de décisions qui concernent davantage votre rôle comme gestionnaire ou dirigeant au sein de votre entreprise. Vous pourriez alors avoir recours à un coach. Son rôle sera principalement de connaître la situation de votre entreprise (sur laquelle vous avez besoin d’être aiguillé) et de vous proposer un plan d’action ou d’intervention pour la situation. Le coach est donc un professionnel qui  intervient donc davantage sur l’individu que sur l’entreprise.

Choisir un consultant

Vous êtes un entrepreneur qui a besoin de conseils sur un sujet en particulier pour votre entreprise. Vous souhaitez, par exemple, être en mesure de choisir un programme afin d’améliorer votre productivité ou celle de vos employés. Vous avez besoin d’une expertise externe qui connaît très bien les différents outils disponibles sur le marché. Tout comme le coach, le rôle d’un consultant sera principalement d’intervenir sur votre problème en se concentrant sur des éléments de savoir et de savoir-faire. Il possède une expertise sur un sujet précis et vous devrez le payer pour ses services. Son livrable sera, entre autres, de vous présenter plusieurs solutions possibles par écrit ou vive voix en fonction de vos besoins et budget. En ce qui me concerne, je compare souvent le consultant à un manuel d’instruction. Il sait exactement de quoi il parle pour vous aider à monter un programme de cours pour l’université, par exemple.

Choisir un mentor

Vous êtes un entrepreneur qui est à la recherche d’un confident avec une riche expérience dans le monde des affaires pour vous accompagner à une étape de votre parcours. Vous recherchez plus précisément une personne qui pourra vous aider à vous développer en tant qu’entrepreneur. C’est principalement le rôle d’un mentor pour entrepreneur. Il se concentrera d’abord sur vous et votre savoir-être entrepreneur. Il vous permettra, entre autres, de prendre du recul afin de mieux évaluer les options possibles qui vous mèneront à une meilleure décision d’affaires. Il ne vous dira pas quoi faire, mais vous donnera des défis à relever ou des pistes de réflexion. Contrairement au coach et au consultant, le mentor du Réseau M, entre autres, est un entrepreneur qui accompagne bénévolement un autre entrepreneur sur une période à plus long terme. En ce qui me concerne, j’ai eu plusieurs mentors. J’ai beaucoup appris et grandi grâce à cette forme d’accompagnement. Je l’utilise d’ailleurs aujourd’hui dans ma façon d’accompagner mes collaborateurs et clients chez Niviti.

Est-ce que ces précisions vous rejoignent ?



12 commentaires pour “Coach, consultant ou mentor ? Lequel choisir ?”

  1. J’aime bien imagé la différence en prenant l’exemple dans les sports. Quelqu’un qui joue au hockey a besoin d’un consultant pour apprendre des techniques, il a besoin d’un coach pour bien jouer en équipe et atteindre ses objectifs. Il prend un mentor pour développer son esprit de gagnant, c’est comme aller « luncher » une fois par mois avec Mario Lemieux, peut-être qu’on va parler de techniques, d’objectifs, mais on va surtout parler d’attitude et de vision. C’est ça qui fait toute la différence à long terme dans la vie d’un entrepreneur.

  2. L’image est bonne Suzanne. :)

    Le coach est un expert du savoir-faire visant à nous aider à mieux faire les choses. Le consultant est un expert de contenu ou même de savoir-faire, mais dans ce cas il nous référera vers les ressources pour effectuer les tâches pour lesquels il est consulté.

    Enfin, le mentor, est un expert du savoir-être, être un entrepreneur ce n’est pas que décider, exécuter des décisions ou contrôler des processus. C’est une attitude, une vision, c’est plus holistique et cela touche l’entrepreneur personnellement.

    Également, on peut inter-changer de coach ou de consultant « assez simplement », mais pas de mentor. Ce dernier a une relation bien différente avec son mentoré.

    Je préciserais que dans l’exemple de Suzanne le coach va aussi aider dans la technique et l’exécution en pointant les éléments à améliorer et les exercices correspondant.

    Bon article Kim! :)

  3. [...] Pour la suite, « COACH, CONSULTANT OU MENTOR? LEQUEL CHOISIR? » [...]

  4. ahmed debabeche dit :

    je trouve qu’il est plus difficile de départager les notions de « coach et mentor » qui sont d’ailleurs très proches qu’entre Coach et consultant.
    j’estime, égalment que le rôle du coach n’est pas de proposer un plan d’action à la personne coaché mais le pousse et l’oriente de telle mainère qu’il établisse lui même son propore plan d’action. Il agit sur l’individu, lui même, comme vous l’avez bien dit.

  5. Est-ce que vous avez lu « The mentor as Coach » de Jeremy Farrell. Super intéressant. Nous réfléchissons présentement dans cellule à savoir si quelques uns des outils du coach pourraient être utile au mentor.

  6. Stéphane M dit :

    Merci des précision, ceci clarifie parfaitement mes besoins. bye bye

  7. Cynthia A Sheehan dit :

    Il ne faut pas oublier qu’un coach est rémunéré pour son travail. L’entrepreneur paie les services comme il le ferait s’il consultait une avocat ou un comptable. Le mentor est un bénévole. Cette relation est souvant encadrée par un organisme (comme le Réseau M) avec un contrat, des guides et des formations d’appoint, mais cela demeure du bénévolat. Il ne doit y avoir aucune relation d’affaires entre le mentor et son mentoré.

  8. Laurier Tremblay dit :

    Bonjour Kim,
    Je suis d’accord avec cette personne
    « ahmed debabeche »
    On a encore beaucoup de difficulté à bien définir le coach, du mentor et du consultant. Malheureusement on associe trop souvent le mot coach à coach de hockey. Le vrai coach professionnel qui a suivi une formation complète et qui est reconnu par une association professionnelle comme l’ICF par exemple se concentre sur le savoir-être de l’individu à partir d’une demande particulière soit du coaché ou dans plusieurs cas de son employeur. Le coach professionnel va travailler à faire émerger des prises de conscience pour essayer de faire modifier des comportements, des attitudes qui sont ancrés et qui freinent le développement de l’individu dans son organisation ou dans sa propre vie. Il travaillera souvent à partir d’un mandat précis et rémunéré qui se limitera dans le temps: 6 mois, 9 mois, 12 mois.
    Le mentor de son côté a un rôle plus large et non limité dans le temps. Le mentor joue plusieurs rôles.
    Il est le confidendant professionnel de l’entrepreneur, il partage souvent ses expériences vécues, il cherche à comprendre et questionne énormément l’entrepreneur pour l’aider à valider ses choix, il cherche constamment le « big picture », il cherche à voir plus haut, plus loin que l’entrepreneur. Il cherche aussi à faire émerger des prises de conscience pour aider l’entrepreneur à se développer des habiletés ou comportements qui l’aideront dans son entreprise. Il challenge ce dernier vs ces décisions, son plan, ses objectifs. Il encourage l’entrepreneur dans ses choix. Il laisse à l’entrepreneur la prise de décision mais peut lui proposer des options possibles. En aucun cas il lui dit quoi faire. Il aide l’entrepreneur à trouver ses réponses face aux nombreuses demandes qui lui sont faites. Il lui offre à l’occasion son réseau d’affaire pour l’aider à avancer.
    Le vrai coach professionnel reconnu peut-être un excellent mentor mais il est difficile à celui qui est consultant d’en être de même. La raison est que le consultant a passé sa vie à dire quoi faire à ses clients et du jour au lendemain, on lui dit que le mentor ne doit pas dire quoi faire. Les consultants qui réussissent à bien jouer le rôle de mentor doivent toujours se discipliner lorsqu’il s’apprête à entrer dans le rôle de mentor. Le consultant dit les réponses, le mentor cherche à faire dire les réponses. Ça semble facile mais plusieurs personnes trouvent cela bien difficile.
    On voit même le mot mentor utilisé à différentes sauces. La personne finance un entrepreneur et se dit jouer le rôle de mentor. Pour réellement avoir la légitimité de jouer ce rôle avec un individu il faut être libre de toute attache sinon la chimie du partage et de la confiance n’y sera pas. C’est comme dire que mon banquier joue le rôle de mentor avec moi, que mon patron joue le rôle de mentor avec moi. Ces gens peuvent jouer un certain rôle comme conseiller par exemple mais surement pas le vrai rôle d’un mentor.

    Laurier Tremblay
    Mentor, vice président
    SAGE mentorat d’affaires

  9. Eric Bon dit :

    Bonjour à toutes et tous.
    Oui, il est temps de faire une réelle différence entre ces différents métiers de l’accompagnement.
    Le consultant est un expert de contenu, il analyse avec précision les besoins ciblés et propose des solutions qui correspondent à ses champs d’applications.
    Le coach professionnel, reconnu et membre d’une association officielle comme la Internationale Coaching Federation, est l’inverse d’un coach autoproclamé. Le coach professionnel à suivi 135 heures de cours, 100 heures de pratiques obligatoires, parcourus environ 3000 pages de documents et à fait l’objet d’une supervision par un coach-mentor avant d’être éligible à la certification qui comporte 2 parties écrites et une partie orale. Il doit également faire la preuve d’un registre de coaching. Ce n’est qu’après ce lourd processus que le candidat peut se dire coach. En aucun cas, le coach avance des solutions. Formé avant tout sur l’écoute, il maîtrise également l’art du questionnement d’impact, le feedback direct et constructif ainsi que l’empathie. Le rôle du coach est de faire découvrir à chacun et chacune ses propres solutions, en fonction de leur contexte. Le coach est un partenaire spécialiste du processus d’amélioration. Il s’est engagé a respecter un code de déontologie qui lui sert de guide tout au long de ses interventions. Il travaille autant au développement des compétences de gestions qu’aux aspects personnels.
    Pour finir, ce qui me plait le plus c’est que les discours de la fondation de l’entrepreneurship et celui du coaching (certifié) sont identiques. Ils ont une mission commune, celle d’accompagner les entrepreneurs d’aujourd’hui et de demain dans le développement d’entreprises saines et durables.
    Professionnellement: ERIC BON

  10. Jean dit :

    Tout commence avec le besoins du clients. Est-ce pour lui, pour son entreprise, pour son équipe de direction. Est-ce que le travail touche les démarches humaines ou celles du plan d’affaires !

    Je vois souvent un besoin de coaching personnel relié à une mise en place d’une approche structurée en affaires.

    C’est ce que je nomme la coachsultation !

  11. […] imagée d’un consultant est sans doute celle de Kim Auclair dans un article paru sur le blogue Entrepreneuriat inc. Il s’agit d’un « manuel d’instruction » lorsque vos connaissances sont plus limitées […]

  12. Alexandre dit :

    Ah qu’il est important de bien marquer la distinction entre chaque partie : coach, mentor et consultant. Merci Kim.

    Une notion que je pense oubliée pour le mentor.
    Le mentor n’est pas amené à donner des outils ou pousser l’entrepreneur dans une direction spécifique.
    C’est un peu comme un psychologue, il écoute, donne de l’espace et offre de la rétroaction empathique.
    Un coach peut offrir des méthodes, guide l’entrepreneur, se prononcer sur des actions ou décisions prises.
    Après tout est modulable, en tant que coach, j’aime me positionner entre les deux et cela surprend plus d’une personne, habituée à « dépendre » de la solution qu’un coach donne.
    Chacun son style après tout :)

Inscrire un commentaire

Desjardins Leger Marketing Absolunet Ingenio Loto Québec Première Moisson Gouvernement du Canada Gouvernement du Québec Fonds FTQ Entrepreneuriat Québec La Capital RGCC RJCCQ